Comment est venue l’idée pour deux physiothérapeutes de créer un jeu de développement moteur pour enfants ? Quelles sont les étapes ? Comment gagne-t-on le défi Osentreprendre ? Voici un résumé de l’épisode 11 du podcast avec Marie-Ève Toutant et Marie-Michèle Vachon, fondatrices de BougeHop.

Quelle est votre histoire ? Comment vous êtes-vous rencontré ?

Marie-Michèle : Après avoir fait mon profil entrepreneurial (Maîtrise en Physiothérapie) à l’Université Laval, j’avais en tête un produit pour stimuler le développement moteur des enfants. Ça n’existait pas encore sur le marché. Mon dernier stage d’intégration pour la maîtrise je l’ai fait au GMF-U avec Marie-Ève. Ça a vraiment cliqué entre nous deux. Elle-même étant maman de trois enfants, je lui ai parlé de mon projet. Nous avons échangé quelques instants, et déjà, nous avions plein d’idées !

En 2021, vous avez gagné le Défi Osentreprendre Chaudière-Appalaches. Comment vous est venue l’idée de participer au concours ?

Marie-Ève : Initialement, c’est Entrepreneuriat Laval qui nous a incités à participer. Nous avons décidé de nous lancer à pied joint dans cette aventure, mais nous avons réalisé que c’était beaucoup de travail de monter un plan d’affaire pour le concours.
Mais au bout du compte, tout est positif, car ça nous a vraiment fait réfléchir pour notre entreprise.
En plus de la candidature, nous avons passé des entrevues pour chacune des étapes : locale (Lévis), régionale (Chaudière-Appalaches) et nationale (Province). Nous avons été Lauréates locales puis régionales. Nous attendons actuellement les résultats pour le provincial.
Peu importe le résultat, nous sommes fières de cette aventure qui a permis de faire connaître notre entreprise.  C’est une visibilité super intéressante et une expérience incroyable.

Qui vous a aidé dans cette aventure ?

Marie-Ève : Nous sommes chanceuses, nous sommes bien entourées. La famille de Marie-Michèle nous a aidés à monter le plan financier.  La graphiste qui nous a aidés à concevoir le produit nous a permis d’utiliser certains visuels pour le concours.

Marie-Michèle : ma mère travaille dans une société de développement économique (SDE), elle nous a aidés pour l’étude de marché et le plan d’affaires. Nous avions aussi, autour de Noël, travaillé avec un photographe pour des photos d’une famille en train d’utiliser notre produit. On a réutilisé certaines d’entre-elles pour bonifier le visuel de notre candidature. Notre dossier faisait 80 pages, il fallait que ça soit attrayant.

Et BougeHop existait déjà ?

Marie-Ève : Afin de participer dans la catégorie « nouvelle entreprise », il fallait que cette dernière ait moins d’un an. Nous avons enregistré l’entreprise à l’été 2020, puis développé le produit le reste de l’année. Nous avons finalement reçu notre jeu en février 2021. La candidature du défi Osentreprendre devait être complétée pour le début du mois de mars.

Quelles sont les étapes pour créer un produit ?

Marie-Ève : Nous avions déjà le côté scientifique, il nous fallait développer le côté ludique.

Marie-Michèle : Nous sommes vraiment parties de zéro. Notre vision est de développer une gamme d’outils pour les 0-11 ans. Nous avons initialement fait des recherches pour trouver les habiletés que nous voulions travailler de même que les progressions et les conseils. Nous avons fait plusieurs essais maison avant de rendre les idées à notre graphiste/imaginatrice. Cette dernière a créé nos personnages Abile & Agil. Puis, nous avons testé les cartes auprès de familles (4) pour être certaines que les consignes étaient claires et faire les modifications nécessaires.  On a aussi fait corriger nos textes par une correctrice, puis nous avions besoin d’un imprimeur. Nous travaillons actuellement à développer notre réseau de distribution et nos points de vente. La majorité de nos ventes se passent en ligne, mais nous développons activement des points de vente dans les pharmacies et les cliniques de physiothérapie.

Figure 1: Les personnages Abile & Agil

Expliquez-nous votre jeu

Marie-Michèle : le jeu est sous forme de cartes.  Au recto, nous avons l’illustration du défi avec la consigne qui s’adresse directement à l’enfant. Au verso, on retrouve des progressions. Il y a aussi deux encadrés adressés aux adultes. Le premier est l’élément important, c’est comme si nos yeux de physiothérapeutes étaient là, et qui permet de guider le mouvement. L’autre donne de l’information pour améliorer les connaissances ou des trucs pour intégrer l’habileté au quotidien. Ce sont des façons simples de pouvoir intégrer le développement au quotidien et de le stimuler.

Figure 2: Les cartes du jeu Je bouge avec Abile & Agil

Non, mais sérieux ! Pour moins de 30$, toutes les familles devraient en avoir un. Où peut-on trouver votre jeu ? 

Marie-Ève : on a créé une boutique en ligne, plutôt rapidement. Elle a été créée suite à l’engouement et à l’intérêt qu’a provoqué notre entrevue à Radio-Canada. Dans les jours qui ont suivi, nous avons décidé de lancer une prévente, en créant de toute pièce notre boutique en ligne. La boutique est toujours fonctionnelle à ce jour ! Concernant les autres points de vente, nous sollicitons nous-mêmes les cliniques privées et les pharmacies. Les gens sont très réceptifs de voir apparaître un nouveau produit scientifique et ludique.

Figure 3: Je bouge avec Abile & Agil

Qui fait quoi dans l’entreprise ? Êtes-vous incorporé?

Marie-Michèle : Nous sommes une société en nom collectif (s.e.n.c), l’Incorporation exigeait trop de coûts au départ. Pour les tâches, au début nous faisions un peu de tout, mais on s’est rapidement rendu compte de nos forces et nos faiblesses respectives.  Marie-Ève a une capacité d’organisation exceptionnelle, elle s’occupe de nos « to-do list », la comptabilité, etc. Quant à moi, je suis plus créative, je m’occupe du site internet et des réseaux sociaux. Pour le développement des produits, cela reste collaboratif.

Quels sont vos projets par la suite ?

Marie-Ève : Nous travaillons actuellement sur le deuxième jeu. Nous pensons aussi à différents jeux/produits selon le groupe d’âge. On veut cibler des besoins que l’on a constatés ou qu’on nous a rapportés des garderies et des milieux scolaires.

Pour finir, quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui veut se lancer en affaires ?

Marie-Michèle : premièrement, être passionné. Quand tu es passionné, tu fais un pas de plus et tu trouves une solution. Il faut qu’il y ait de la passion en arrière de ça, car c’est beaucoup de travail.

Marie-Ève : il faut aussi vouloir apprendre et sortir de sa zone de confort. Il faut ouvrir ses horizons et être capable de s’adapter.

Envie d’en savoir plus sur la conception d’un produit ? Je t’invite à écouter le podcast 🎧 « Se lancer en santé » pour écouter l’entrevue au complet. Et si tu veux te procurer le jeu, voici le lien à la fin de l’article 👇. Tu peux aussi laisser des commentaires de l’épisode sur le blog selancerensante.ca ou directement sur la page Facebook ou Instagram. Et si tu veux échanger avec d’autres entrepreneurs, tu peux rejoindre le groupe Facebook #selancerenphysiotherapie.

Liens des Podcasts

Liens

Une liberté d’écriture a été prise dans la rédaction de cet article avec l’accord de l’invité(e.s) tout en respectant ses idées et propos.